Une devise

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible", Antoine de Saint-Saint-Exupéry

17 décembre 2014

La transformation digitale des entreprises




Que signifie la transformation digitale des entreprises en terme de changements ? Quel impact a-t-elle sur les comportements ? Pourquoi ces changements sont-ils parfois si mal vécus ou pourquoi la route du changement est-elle parfois aussi longue ?


La transformation digitale concerne aujourd'hui une très large variété de transformations (les produits et services, la relation client, le service délivré au client, les processus internes et externes, la gestion des données, les modes de travail et de collaboration, la gestion des RH, la stratégie de la marque, etc.). Ces transformations sont donc à la fois transverses à l'entreprise elle-même (dans ses modes de fonctionnement et dans ses outils) mais également transverse à l'entreprise et l'ensemble de ses parties prenantes (nouveaux modes d'échanges avec les clients, les fournisseurs, la réglementation, etc.). 

Cette transformation s'est accélérée ces dernières années car le rythme même des évolutions technologiques s'est accéléré et a directement impacté le monde de l'entreprise. Car en effet, quand on parle de transformation digitale on pense avant tout aux évolutions numériques : avènement du cloud, internet haut débit, réseaux sociaux, une séparation de plus en plus ténue entre le monde personnel et le monde du travail (notamment avec les différentes technologies embarquées). 

Quels impacts ? 
Cette transformation numérique a donc largement transformé les fonctionnements de l'entreprise, tant dans la gestion des données, dans les processus, que dans les moyens de communiquer et donc dans la façon de travailler. 

C'est pour cela qu'il est indispensable de rappeler que la transformation digitale d'une entreprise ne se limite pas à sa capacité à mettre en place une nouvelle infrastructure informatique et donc de nouveaux outils toujours plus performants. Elle englobe également et surtout sa capacité à revoir son organisation et ses processus en y intégrant ces nouvelles technologies. 

Pour cela, l'entreprise doit se poser un certain nombre de questions : 
  • Dans quelle mesure cette transformation digitale peut-elle servir ma stratégie ? 
  • Comment peut-elle répondre aux préoccupations et aux besoins des utilisateurs et des métiers ? 
  • Peut-elle m'aider à optimiser mes recrutements et gérer mon personnel ? 
  • Comment puis-je communiquer différemment avec mon client ? 
  • Comment cette transformation digitale peut-elle servir le déploiement d'idées et d'innovations dans mon entreprise par la simplification et la multiplication des échanges internes ? 
  • Dans quelle mesure peut-elle aussi m'aider à mieux comprendre le marché et ce qui se fait ailleurs ? ... 

Ces interrogations permettront à l'entreprise de déployer une stratégie de digitalisation qui viendra servir ses besoins. Comme le dit très justement Bertand Duperrin  : "On ne se transforme pas pour utiliser des outils, mais on les utilise parce qu'on s'est transformé." La transformation digitale doit donc être avant tout une mise en musique d'une transformation plus intrinsèque à l'entreprise. 

C'est pour cela qu'on peut aisément comparer la transformation digitale à un marathon plutôt qu'à un cent mètres. La transformation culturelle qui est en marche a été initiée depuis déjà plusieurs années (fin des années 90) et va continuer encore très longtemps, avec un impact de plus en plus large, allant jusqu'à remettre en question les notions même de travail et d'emploi.

Néanmoins cette complexité du changement induit par la transformation digitale ne doit pas freiner les entreprises qui tardent encore à rentrer dans la danse. Les évolutions sont extrêmement rapides. Et il est aisé de se faire distancer. Intégrer cette transformation digitale aujourd'hui est indispensable pour se différencier.

La solution : la démarche du "test and learn" voire du "fail and learn". 
L'entrée dans le digital ne peut pas se faire de manière globale. Elle nécessiterait des années pour planifier, maîtriser et préparer cette entrée. Le monde change beaucoup trop vite pour pouvoir planifier et maîtriser tout ce qui se passe. C'est pour cela qu'il vaut mieux préférer une entrée "agile" dans le digital, seule méthode qui permet de s'adapter rapidement dans un processus de progrès continu. Cette méthode permet également d'amorcer le changement de culture indispensable à la transformation digitale : penser autrement, agir autrement, diriger autrement. 

La clé de réussite de cette transformation digitale tient en effet dans la capacité de l'entreprise et de l'organisation à se remettre en question pour favoriser et fluidifier la collaboration. Inutile d'installer de nouveaux logiciels et de nouveaux outils, si le management et les process de travail restent figés dans un autre temps. 

Ce changement de cap n'est pas sans défis. Comme le montre l'étude Altimeter "The 2014 State of Digital Transformation", les plus grands challenges dans la transformation digitale ce sont le changement de culture de l'entreprise (pour 63% des personnes interrogées) et la collaboration interfonctionnelle (56%), bien devant les problématiques de sécurisation, par exemple.  

Le facteur humain est la clé de réussite de cette transformation digitale, qu'il soit client, collaborateur ou manager.